Le 17 mai dernier, l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ) tenait sa 3e édition du concours Célébrons le partenariat.

 

L’évènement, qui se tenait au Marché Bonsecours à Montréal, a permis d’honorer les réussites commerciales de collaborations technologiques québécoises entre chercheurs, entrepreneurs et leurs partenaires et permettre de susciter l’amorce de nouveaux partenariats par ces exemples.

Le Centre spécialisé en pâtes et papiers (CSPP), en partenariat avec l’UQTR, le Centre national en électrochimie et en technologie environnementale (CNETE) et la Ferme Olivier Lépine, a reçu une distinction pour le projet d’intégration d’une usine de production d’éthanol cellulosique et coproduits dans une ferme agricole de Lanaudière.

« C’est vraiment un honneur pour le CSPP de recevoir cette reconnaissance. Ce projet démontre bien les avantages de la collaboration collèges-université-entreprise. Les expertises des deux CCTT et de l’université étaient tout à fait complémentaires au dynamisme des jeunes entrepreneurs agricoles. C’est un exemple de développement à une échelle communautaire qui prouve bien que l’innovation peut se faire partout dans nos régions », explique Mario Parenteau, directeur du CSPP.

Détails du projet

Source : site Web adriq.com

Olivier et Sébastien Lépine, fiers représentants de la relève agricole dans Lanaudière, sont les promoteurs d’un projet d’envergure visant à intégrer une usine pilote de production d’éthanol cellulosique et coproduits dans une ferme existante. Cette future usine utilisera la cellulose des résidus de récolte de maïs, disponibles dans un court rayon d’approvisionnement de 30 km, pour produire près de 16 M de litres d’éthanol cellulosique tout en maximisant la valeur des coproduits (hémicelluloses, lignine, etc.) en les valorisant à la ferme ou dans leur région avec des partenaires locaux.

En 2008, les frères Lépine ont combiné leurs expertises à celles de l’UQTR (Simon Barnabé), du Centre spécialisé en pâtes et papiers (CSPP) (Mario Parenteau) et du Centre national en électrochimie et en technologie environnementale (CNETE) (Nancy Déziel) pour relever les plus grands défis du secteur des biocarburants de 2e génération. Ce partenariat entreprise-université-collèges synergique a bénéficié de subventions du MDEIE, CRIBIQ, PARI, CRSNG, FRQ-NT, FCI et MITACS et de contribution en nature dont celles de Genencor, chef de file mondial dans les enzymes de saccharification.

À ce jour, avec plus de 1 M$ en financement et 200 K$ en nature, ils sont parvenus à développer chacune des étapes de la production d’éthanol cellulosique : de la récolte des résidus jusqu’à l’obtention d’une cellulose pour la fabrication de bioéthanol, d’hémicelluloses nutritives pour l’alimentation de porcs en engraissement chez les frères Lépine, et de lignine hautement calorifique. Les frères Lépine envisagent de dupliquer l’usine dans les fermes québécoises et canadiennes avec l’aide d’Agrosphère, une compagnie regroupant leurs fermes et La Coop Profid’Or. Des démarches sont en cours pour cumuler le financement nécessaire aux études pilotes.

Les retombées du partenariat seront probantes pour l’économie régionale et les agriculteurs comme les frères Lépine. Le projet Agrosphère procurera entre autres des revenus supplémentaires aux frères Lépine et autres agriculteurs à partir de résidus non valorisés alors qu’une filière de cellulose « agricole » pourrait voir le jour au Québec. Un tel projet stimulera la relève agricole à prendre en charge les terres de leurs parents et en assurer la pérennité. Ce partenariat a permis de donner une nouvelle orientation à l’expertise de l’UQTR en pâtes et papiers vers les secteurs des biocarburants, d’obtenir des bénéfices (nouveaux partenariats, acquisition d’équipements, etc.), et de mettre de l’avant une approche de bioraffinage à l’échelle communautaire axée sur les réalités des régions. Le partenariat a eu le même impact sur le CSPP et le CNETE. Le CSPP et le CNETE ont décroché davantage de contrats et obtenu des subventions importantes (CRSNG, FCI, etc.) pour des projets sur la biomasse et dans lesquels les frères Lépine et Agrosphère participent.

Plus important encore, ce projet démontre l’importance des projets de bioraffinage à petite échelle où la production de biocarburants à partir de résidus agricoles peut être rentable si la biomasse est disponible dans un court rayon d’approvisionnement et si une stratégie de valorisation des coproduits sur place ou localement est mise de l’avant pour donner suffisamment de valeur et garantir la rentabilité de l’usine.